Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Dés sa création,  en 1984, le syndicat intercommunal des Monts d'Or (créé par Claude PILLONEL, à l'époque Maire de Poleymieux au Mont d'Or ) , regroupait 9 communes. il s'etait investi dans la préservation et la mise en valeur du massif.

C'est en 1990 avec le soutien du Département du Rhône, du Grand Lyon, animé par la mission écologie urbaine du Grand Lyon que les actions menées ont pris leur envol.

 Ces actions s'inscrivaient à la fois dans la politique écologie urbaine du grand Lyon et la politique espace naturel sensible du Département du Rhône.

ch1Le Grand Lyon affirmait sa volonté de voir préserver la trame verte d'agglomération dans laquelle des projets de territoire adaptées à des unités géographiques cohérentes (appelés PROJET NATURE),  permettraient de définir les objectifs et actions à mener.

 

Sous l'impulsion de la mission écologie urbaine du Grand Lyon et de la mission environnement du Département, piloté par la mission écologie urbaine le Projet nature MONTS D'OR naît en 1992.

 

 Les élus concernés s'inspirant du fonctionnement des parcs naturels régionaux décident en 1995  de créer un syndicat mixte  regroupant 11 communes des Monts d'Or, le Grand Lyon et le Département du Rhône.

 

Une charte d'objectif volontairement simplifiée est rédigée au vu de l'expérience acquise depuis 3 ans.

La volonté clairement affirmée est de faire du syndicat mixte un outil qui doit priviligier l'efficacité et être un lieu d'expérimentation.

En 1996 le Syndicat Mixte des Monts d'Or (SMMO) est créé. Il est doté d'un budget propre pour pérenniser le travail de fond mené depuis 1990, en liaison notamment avec les agriculteurs et le réseau associatif de bénévoles de terrains, particulièrement impliqués dans les actions de restauration ou de préservation.

ch4

ch5

 

La charte d'objectif des espaces naturels et agricoles des Monts d'Or a formalisé en une phrase l'objectif poursuivi, défini les domaines d'interventions et formalisé les principes qui doivent guider les interventions.  

 

Elle  fixe 8 domaines d'interventions principaux:

+ connaître pour mieux gérer

 favoriser le maintien de l'agriculture

+ préserver, gérer, restaurer le patrimoine existant

+ favoriser l'accueil du public - contrôler la fréquentation

+ favoriser les actions à caractère pédagogique

+assurer une présence permanente sur le site

+ coordonner les interventions foncières pour maîtriser l'évolution du territoire

+ améliorer la maitrise qualitative du développement urbain 

 

Elle formalise les principes qui doivent guider les interventions pour éviter toutes dérives

+ le maintien d'un espace naturel et agricole de liberté, peu aménagé,

+ l’interdiction de tout artificialisation ou équipements lourds du site naturel et agricole (grands parking goudronnés, infrastructures de desserte), ou de toutes activités ludiques commerciales (parcs de loisirs ou d'attractions),

+ l'observation, le contrôle et l'accompagnement d'une fréquentation publique dans le respect des activités agricoles et des caractéristiques patrimoniales du site,

+ la rusticité dans le choix des matériaux utilisés dans les petits équipements et le soucis permanent de l'intégration qualitative,

+ la simplicité et le pragmatisme dans le choix des modes de gestion ou d'intervention,

+ le partenariat permanent avec les agriculteurs et la concertation avec les autres usagers locaux de l'espace (chasseurs, protecteurs de la nature, randonneurs, enseignants et animateurs pédagogiques...).

 

Des actions ont été mises en place et se poursuivront au fur à mesure de l'évolution du projet et des besoins observés:

 

Pour connaître et mieux gérer :

+ mise en place d’un partenariat étroit avec le réseau d’associations locales,

+ mise en place d’un plan de gestion de l’espace progressivement enrichi,

+ mise en place d’un Système d’Information Géographique pour le plan de gestion,

 

Pour favoriser le maintien de l’agriculture, coordonner les interventions foncières pour maîtriser l'évolution du territoire et améliorer la qualité qualitative du développement urbain :

+ concrétisation du plan de gestion de l’espace avec 250 ha sous convention de partenariat avec les agriculteurs locaux

+ interventions foncières : vigilance foncière avec révisions de prix en lien avec la SAFER, acquisitions foncières, négociations partenariales avec les propriétaires,

+ interventions sur les bâtiments : construction ferme intercommunale (fromagerie chèvrerie), acquisition bâtiment d’exploitations, logement agriculteur,

+ interventions pour favoriser l’installation de nouveaux agriculteurs,

 

Pour préserver, gérer restaurer le patrimoine existant :

+ conventions de partenariats avec les associations locales pour la restauration du patrimoine bâti (murs en pierres sèches, cabornes, lavoir, …ou naturel (habitats faune-flore, prairie à orchidées, espèces remarquables, …)

+ négociations d’accords d’intervention avec les propriétaires privés

 

Pour favoriser l’accueil du public  

+ 160 km d’itinéraires pédestres : grand tour de 30 km, tour intérieur de 26 km, boucles communales de 3.5 à  9.5 Km, + gestion des équipements en étroite relation avec les brigades vertes du Conseil Général,

+ mise en place de sentiers thématiques ( ruisseau de Rochecardon, rapaces, cabornes, eau, parc des Gorges d’Enfer, géologie, …), gestion par conventions de suivis avec le réseau associatif (SECIRELY, Pie verte, RochNature, CORA, …) 

 

Pour favoriser l’information du public, les actions à caractères pédagogiques : 

+ création d’un site internet www.montsdor.com et mise en ligne des publications,

+ édition de plaquettes thématiques, d’un topoguide, d’un poster agriculture et développement durable,

+ financement d’animations pédagogiques en lien avec le réseau associatif local,

+ valorisations des sentiers thématiques, animation flash sur la géologie des Monts d’Or

 

Pour assurer une présence permanente et gérer la propreté du site : 

+ gestion du plan propreté avec réseau de corbeilles régulièrement ramassées, (en moyenne 70  m3 de déchets collectés par an)

+ élimination systématique des décharges avec les brigades vertes, (en moyenne 80 m3 décharges sauvages végétaux ou autres déchêts par an)

+ mise en place d’équipes de brigades vertes par convention avec le département du Rhône

+ convention avec l’Office National des Forêts pour une mission police de l’environnement,

+ intervention en régie avec le personnel du Syndicat Mixte des Monts d'Or.

 

 

 

 

Informations complémentaires                                              

Pour aller plus loin

 

- améliorer la maitrise qualitative du développement urbain

 

CHARTE DES MONTS D'OR - CYCLE DURABLE - ACTIONS - POSTER 

 bandeau adresse 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost0

Produits fermiers MONTS D'OR

Recherche

Charte des Monts d'Or

La charte des Monts d'Or, fruit de l'expérience et d'une large concertation a été approuvée par les communes, le Département du Rhône, le Grand Lyon en 1996.

 

Cette charte d'objectif pour les espaces naturels et agricoles, volontairement synthétique, couvre 8 domaines d'intervention

 

   - connaitre pour mieux gérer 

   - favoriser le maintien de l'agriculture

   - préserver, gérer, restaurer le patrimoine existant

   - favoriser l'accueil du public - contrôler la fréquentation 

   - favoriser les actions à caractère pédagogique 

   - assurer une présence permanente sur le site

   - coordonner les intervention foncières pour maîtriser l'évolution du territoire

   - améliorer la maîtrise qualitative du développement urbain

Archives

Les ouvrages de Michel GARNIER

Carriers, carriéres, galeries souterraines, cabornes, murs en pierrres sèches, recherches sur le Mont d'Or lyonnais ....toutes les publications de Michel GARNIER sont disponibles ici en téléchargement

Conseil syndical

La prochaine réunion du conseil syndical se tiendra le mercredi 25 mars 2015  à 19 h dans la salle du conseil de la mairie de Limonest, siège du syndicat mixte des Monts d'Or.